Catégories
cuisine zéro déchet

quelques glaces « healthy »

QUELQUES GLACES « HEALTY »

Je ne sais pas vous, mais chez nous avec la chaleur nous avons envie de glaces (c’est peut être à cause de mes origines italiennes?).

Les glaces industrielles sont malheureusement riches en mauvaises graisses et en sucre. Donc il serait mieux de les éviter.

Mais pourquoi s’en priver? J’ai découvert quelques recettes faciles et sympa pour ne pas renoncer aux glaces et sans avoir forcement besoin de beaucoup d’outils (encore moins de la super encombrante sorbetière!).

une glace résout tous les problèmes
Photo by Brendan Church on Unsplash

SORBET PASTEQUE MANGUE

Mixer de la mangue et de la pastèque. Mettre au congélateur dans les moules à glaces. Le tour est joué. Bien sur on peut changer les fruits selon les gouts et ce qu’on a sous la main.

On peut aussi rajouter au mélange des jus de fruits fraichement pressés ou des compotes.

glaces aux fruits
Photo by Daniel Öberg on Unsplash

GLACE BANANE CACAO

ingredients:

  • 2 bananes
  • du cacao en poudre
  • du lait (végétale ou non)

Mettre les bananes coupées en rondelles au moins 8 h au congélateur. mixer avec le lait et le cacao. On peut agrémenter avec des noisettes, des noix ou de copeaux de chocolat noir.

BARRES AU YAOURT/ FROZEN BARK

  • yaourt grec
  • du miel (facultatif)
  • des fruits frais et/ou secs
  • du chocolat, ou de la coco râpée ou ce que vous avez!
  • papier four
  • un plat

On mélange le yaourt grec avec une cuillère de miel et avec les fruits frais coupés en morceaux. Ensuite on le pose dans le plat recouvert de papier four. On saupoudre avec les fruits secs en petits morceaux (ou avec de la farine de coco, des morceaux de chocolat noir, des biscuits émiettés etc.) Pour terminer on dépose le tout au congélateur pour au moins une nuit. Quand on le sort du frigo on peut le casser pour le manger en morceau.

Selon les dimensions du plat on peut changer l’épaisseur de la glace. Sur une plus grande épaisseur on peut envisager de couper des cubes monodoses.

Bon c’était juste le point de départ mais les possibilités sont infinies. Pour plus d’idées regardez ici

Francesca Manna – Thérapeute

Catégories
à voir cuisine

les délices de Tokio

LES DELICES DE TOKIO

Je suis, depuis mon adolescence, amoureuse du Japon et tout ce est lié à la culture japonaise. Quand j’était à l’université j’avais même essayé d’étudier la langue, mais ça s’est avéré trop long et compliqué et j’ai abbandonné (mais je garde les cahiers de l’époque pour quand j’en aurais le temps. quand?)


La cuisine japonaise est ce qu’il y a de plus raffiné que je connaisse. Loin devant la haute cuisine française. Ce n’est pas que du sushi, bien loin de là. Surtout que même le sushi, le vrai, n’a rien à voir à ce qu’on peut trouver dans la majeur partie des restaurants « japonais ». Dans les vrai sushi bar au Japon il y a une personne qui s’occupe que de préparer le riz, et même pour avoir ce poste à du faire un très long apprentissage. On utilise des ingrédients simple, comme des carottes, par exemple, sauf qu’on met une minutie de malade juste pour les couper. Le visuel est d’une importance suprême, même pour une simple bouchée qui disparaitra en une seule seconde.

Le « anko » ou crème de azuki est une de choses que plus j’aime de la cuisine japonaise. Je l’ai faite plusieurs fois même si ça prend un temps fou à la faire et je suis la seule à en manger à la maison. Mais j’en referai car je trouve que c’est très gourmand et beaucoup plus sain que la plupart de pâte à tartiner.

Vous pouvez trouver une recette ici.

les trois protagonistes du film de Naomi Kawase


Donc tout naturellement hier soir, quand je suis tombé sur « Les délices de Tokyo » , j’ai décidé de le regarder, capturée jusqu’à la dernière image. Quelle poesie infinie ce film, entre les cerisier en fleurs et les doryaki(s). Des histoires de solitudes, comme seulement les japonais savent en raconter (Murakami) et de tristesse. Et puis l’amour de la cuisine, dans chaque geste, dans la lenteur. Caresser les haricots azuki pour séparer les mauvais, remuer dans la casserole des centaines des fois, d’en haut en bas, faire couler la pâte à pancake sur la plancha en ronds parfaits.
On peut le revoir en Replay (et vous invite à le faire) sur Arte ou Arte.tv

Bonne vision. et bon appetit

Francesca Manna – thérapeute

Catégories
aromathérapie livres naturopathie phytothérapie

quelques curiosités sur les huiles essentielles

QUELQUES CURIOSITÉS SUR LES HUILES ESSENTIELLES

Je suis en train de rédiger mon dernier devoir du module de Photo-Aromathérapie et je ne cesse pas de m’émerveiller des incroyables propriétés que les huiles essentielles ont.

L’aromathérapie est une discipline plus complexe que la phytothérapie. Pour s’en servir on ne peut pas improviser et il faut bien se documenter ou se faire guider par un professionnel, Il y a des posologies précises à respecter et des contre-indications auxquelles faire attention.

Je partage avec vous quelques informations que j’ai découvert pendant mes études.

huiles essentielles christin hume from un splash
Christin Hume form Unsplash
  • Les huiles essentielles sont le moyen le plus puissant, efficace et rapide de se soigner par les plantes
  • On les appelles huiles parce il s’agit de substances qui ne sont pas solubles dans l’eau, mais elles ne sont pas grasses et elles peuvent s’évaporer (attention!)
  • On les définit comme « essentielles » car elle constituent la lymphe vitale et l’essence odorante de la plante à partir de laquelle on l’extrait. C’est un concentré de proprietés qui permet la survie de la plante face aux agressions extérieures et ces proprietés nous sommes transmises en quelques gouttes!
  • Elles ont une consistance translucide. Si elles sont opaques elles pourraient être de synthèse (sauf les huiles de PATCHOULI, AMYRIS et SANTAL qui ont une opalescence naturelle due à des particules de fer en suspension)
  • Elles n’agissent pas par magie, mais selon la chimie. Chaque huile est constituée d’un nombre très grand de molécules, chacune avec ses propriétés. On en a isolé certaines en laboratoire, mais c’est en synergie avec les autres qu’elles expriment tout leur pouvoir. Valnet, le père de l’aromathérapie nous dit : « L’ essence naturelle et totale se montre plus active que son constituant principal. Par ailleurs, les constituants moindres en pourcentage sont plus actifs que le constituant principal »*
  • On peut faire des mélanges d’huiles essentielles, qui sont encore plus puissants et efficaces qu’ une huile seule. On dit pour les huiles essentielles que 1+1=3!
  • D’une même plante on peut extraire différentes huiles essentielles, selon la partie de la plante qu’on utilise. Chacune des ces huiles a avec des propriétés bien distinctes. C’est le cas en particulier pour l’oranger qui nous donne les huiles essentielles de NEROLI (à partir des fleurs = apaisante), PETIT GRAIN BIGARADE (jeunes rameaux et feuilles = antispasmodique, indiquée pour les rhumatisme et l’insomnie), ORANGE (de la peau du fruit = indiquée pour les troubles digestifs et l’anxiété).
  • Une même plante développe selon la région dans laquelle elle pousse, le terrain, l’altitude un different chemotype, l’ensemble de ses propriétés chimiques, soit sa carte d’identité qui permet de l’identifier. Le THYM (Thymus vulgaris), par exemple, quand il est cultivé en plaine et en terre aride donne l’huile essentielle de THYM A CARVACROL, très agressive sur la peau et dangereuse pour le foie; si la même plante pousse plus en altitude donne le THYM A LINALOL, dit Thym doux, car il est facilement supportée par la peau. (il y a 7 différents chémotypes de Thym!!)
  • Elles ont toutes l’incroyable propriété appelée « élection » : n’importe où on les applique sur le corps, leurs principes actifs ont le pouvoir d’atteindre rapidement, par la circulation sanguine et lymphatique, l’organe ou la fonction qui en a le plus besoin
  • Elles ont toutes une action revitalisante et antibiotique (mais ne provoquent pas de résistance: leurs efficacité perdure au fil des utilisations!)

Comme vous l’aurez compris je suis complètement amoureuse de ces précieux nectars! Si vous voulez en savoir plus n’hésitez pas à m’appeler!

Francesca Manna – thérapeute

* Jean Valnet : « L’aromathérapie – Se soigner par les huiles essentielles » Le livre de poche

Catégories
à voir au jardin cuisine

Herbar

Herbar

Je veux partager avec vous mon dernier coup de coeur. Il s’agit d’une émission tchèque simplement géniale: Herbář. (l’avantage de la page Facebook et la facilité de traduction!)

Kateřina Winterová, nous transporte dans son jardin, riche d’une variété incroyable de fruits, légumes et herbes, qui proviennent de graines anciennes et de toutes les parties du globe. Elle nous dévoile des recettes traditionnelles anciennes et des recettes modernes, saines et faciles à faire. Le tout agrémenté de nombreuses herbes et épices.

Elle a depuis peu crée un site Culina Botanica ou l’on peut trouver ses recettes et beaucoup d’autres choses (je n’ai pas encore tout exploré, c’est en tchèque!)

C’est vraiment la synthèse de tout ce que j’aime: la nature dans toute sa diversité, la bonne cuisine simple et saine, le respect des traditions et leur maintien, les belles choses (elle utilise d’ustensiles uniquement en matériaux naturels, beaucoup d’émail, du cuivre… un vrai régal pour le yeux!)
Je l’adore!


On peut le voir en France sur myZen.tv – Official. Moi je peux la voir gratuitement, grâce à ma freebox.

Francesca Manna – thérapeute